jeudi 8 juin 2017

Les Puissant : Esclaves - Vic James


Abi, 18 ans, et son frère Luke, 16 ans, voient leur destin bouleversé quand leurs parents décident de partir tous ensemble accomplir leurs jours d’esclavage. Abi devient domestique au service de la puissante famille Jardine. Le somptueux décor dans lequel elle évolue dissimule en réalité de terribles dangers, car chez les Égaux, les luttes de pouvoir sont sans pitié. Et lorsqu’elle tombe amoureuse d’un de ses maîtres, c’est sa vie même qui est en péril…Luke, quant à lui, a été exilé dans la ville industrielle de Millmoor. Dans un environnement brutal et pollué, il s’épuise à la tâche. Cependant, d’autres, comme lui, partagent ses idéaux de liberté. Il découvre alors qu’il existe un pouvoir bien plus grand que la magie : la rébellion.

xxx

A Londres, notre époque, dans un monde alternatif où la société est divisée entre les Egaux et les gens normaux. Les premiers sont Doués, mais le mystère plane au dessus de ces fameux dons. De quoi sont-ils capables ? Tout ce que les normaux savent, c'est que les Egaux dirigent l'Angleterre, et que la Loi exige que tout Homme n'étant pas un Egal doit dix ans de sa vie en esclavage à ceux-ci.

Abi et Luke sont de ceux-ci et lorsqu'ils décident avec leurs parents et leur petite soeur Daisy de partir faire leurs dix années tous ensemble dans la résidence des Egaux les plus importants du pays, leur vie prend à tous un tournant inattendu.

Entre la stratégie politique et la survie, on plonge dans un roman où l'on alterne les points de vue de nombreux personnages, à la fois gentils et méchants, où tous sont en quête de quelque chose : la gloire, la liberté, la reconnaissance... 
Tous les personnages sont attachants à leur manière et l'histoire est intéressante, dans une certaine mesure.

On est dans le vu et revu, manquant franchement d'originalité. Les Dons des Egaux m'ont fait penser à une pâle imitation de la série La Passe-Miroir de Christelle Dabos, les complots politiques et alternances de points de vue sont tout droit pêchés dans Game of Thrones, et l'ambiance aristocratique anglaise vient de Downton Abbey. On a un beau mélange des trois, mais qui va finalement plus donner envie d'aller voir du côté des trois inspirations que de continuer la lecture de cette série.

La lecture est agréable, mais pas au point de donner envie de lire la suite. 

jeudi 25 mai 2017

TAG PKJ - Les belles couvertures

Ahhh un petit tag sur les couvertures, comment rater ça ?
J'attache une importance énorme à l'apparence de ma bibliothèque, donc forcément les beaux livres sont légions ici.
  • Quel livre de votre bibliothèque a, selon vous, la plus belle couverture ?
Dur de choisir ! Je les aime tous tellement ! Je crois que mon préféré, par dessus tout, parce qu'il m'a fait découvrir un illustrateur que j'adore depuis, parce que c'est un style d'illustration qui m'inspire et me touche beaucoup et parce que le livre a été un coup de coeur : Le Roi des Fauves.




  • Quel livre vous fait très envie à cause de sa belle couverture ?
Un livre de ma PAL du coup ? Celui-ci y traîne depuis un moment. Je l'ai commencé sans grande conviction, je ne pense même pas le lire complètement un jour, mais quelle merveille ! Il reprend  l'une des histoires fondatrices de la légende arthurienne, mais il est aussi écrit dans un style un peu ancien, pas totalement du vieux français, mais presque. Le façon de narrer était aussi très différente et j'ai du mal à accrocher. Donc il n'est pas prêt de sortir de la PAL ! 


  • Citer un livre dont la couverture française est, selon vous, plus belle que la couverture VO.
Ca implique de bien connaître les couvertures VO ça, ce qui n'est pas vraiment mon cas ! Du coup après un rapide coup d'oeil aux anciennes couvertures de celles que je trouve belle, je dirais sans hésiter la série l'Arcane des Epées de Tad Williams. Mais c'est un peu de la triche, parce que c'est le même illustrateur que le Roi des Fauves ! Les couvertures VO sont vieilles et plutôt mal faites comparées aux intégrales de chez Pocket. Un vrai régal pour les yeux.


  • Citer un livre dont la couverture VO est, selon vous, plus belle que la couverture française.
Aucun doute possible ! Depuis que j'ai mis les yeux sur les couvertures originales de L'Assassin Royal de Robin Hobb je n'ai qu'une idée en tête : les acheter tous dans cette collection ! Regardez-moi cette merveille !! C'est tellement proche de l'ambiance des livres, contrairement aux couvertures chez nous qui sont moches et mal faites à mon goût.




  • Citer un livre dont la couverture reflète parfaitement le roman.
Un de mes vieux chouchous lu il y a des années, Riverdream de George R. R. Martin ! Cette ancienne édition de Mnemos (je crois qu'ils ont changé de couv' depuis) est superbe et totalement à l'image du personnage du roman, de l'ambiance et de l'histoire. C'est ce qui m'avait attiré dans ce livre.




  • Citer un roman dont la belle couverture n’a aucun rapport avec l’histoire.
C'est un peu plus compliqué, parce que les éditeurs font un effort là dessus j'ai l'impression. Pour moi ce sera Les Monades Urbaines de Robert Silverberg, pour l'édition que je possède, qui n'est pas l'édition dans laquelle je l'avais lu (c'était un emprunt à la bibliothèque). L'ancienne illustrait parfaitement le livre (à gauche). Celle que j'ai (milieu) pas vraiment, et la nouvelle édition (à droite) encore moins ! Elle est à vomir, je ne comprends pas du tout ce qui a pu leur passer par la tête ! Mais du coup pour la question on peut oublier le "belle" !


  • Citer un livre avec une belle couverture minimaliste.
Imaginaire et minimalisme ne font pas totalement la pair ! La couverture la plus simple que j'ai pu trouver est (encore une fois) de George R. R. Martin, à savoir le tome 1 de sa saga A Song of Ice and Fire. Je les lis en anglais, et les couv' sont beaucoup plus simples que celles qu'on a en France. J'aime beaucoup le style, j'adore cette collection, qui est mis à part dans ma bibliothèque.



  • Citer un livre avec un belle couverture qui a plein de détails.
Le détail de cette couverture !! Regardez ça ! De toute manière, je n'ai pas besoin de le redire, tout est parfait dans ce livre. Mais la précision des traits est à couper le souffle, surtout que c'est complètement en accord avec la description de l'Arche dans l'histoire !




  • Citer un livre avec une belle couverture qui fait apparaître au moins un visage.
Je suis FAN des couvertures de cette saga. Je trouve qu'elles sont percutantes, imposantes, elles envoutent totalement tous ceux qui passent devant. C'est une réussite. Sur celui-ci Koridwen capte complètement le regard, elle nous met au défi d'ouvrir le livre et de plonger dans son histoire, tout en montrant un semblant de douceur et de fragilité.



  • Citer un livre avec une belle couverture qui est majoritairement de votre couleur préférée.
Je n'ai pas une, mais plusieurs couleurs préférées, à savoir le marron et le orange, dans toutes leurs teintes et leurs nuances. Cette petite merveille passe par toutes ces nuances, en plus d'être magnifique et d'être un grimoire que j'adore ouvrir !


  • Citer un livre avec une belle couverture dont le visuel est un dessin.
Pas besoin de mots pour celui-là, je pourrais le regarder pendants des heures.....



Le Fer au Coeur - Johan Heliot

Punie et brisée pour avoir bravé le regard d’un défenseur de la Vertu, la jeune Maïan est envoyée dans les tréfonds de la Ville-Basse pour y expier sa faute.
C’est au coeur de ce purgatoire de vapeur dont personne ne revient jamais qu’elle rencontre Leonardo, un étudiant condamné pour avoir laissé libre cours à son imagination en créant des machines fabuleuses.
Avec l’aide de Volco et Lanaé, deux habitants de la ville souterraine, Maïan et Leonardo tentent d’unir leurs forces pour survivre.

Mais dans ces entrailles nauséabondes où les âmes sont corrompues à force d’être opprimées, il est difficile pour ces épris de justice d’accorder leurs ambitions

xxx

Les romans steampunks ne sont pas vraiment ma tasse de thé. J'aime beaucoup l'univers visuel, mais la littérature du genre ne m'a jamais attirée, peut-être par ignorance !
Le Fer au Coeur est du coup une découverte sur bien des fronts, car c'est aussi le premier livre de l'auteur que je lis, alors que celui-ci commence à avoir un sacré nom.

Le style d'écriture est très joli. L'ambiance est chouette. Malheureusement le thème est déjà vu et re-vu, je n'ai pas réussi à y trouver de l'originalité. Les enchaînements d'action se font trop facilement et rapidement, ça m'a beaucoup refroidie de ma lecture. J'ai trouvé pourtant les personnages bien construits et l'univers intéressant, donc je ne saurais vraiment dire ce qui a fait que j'ai si peu accroché !

J'ai dévoré la première moitié, mais j'ai eu du mal à terminer le livre tellement tout était trop... plat ? Rien à faire, je n'étais pas du tout dedans. C'est un livre de qualité, mais pour moi c'est un flop, malheureusement.

dimanche 21 mai 2017

Transférés - Kate Blair

Dans un futur proche, l’humanité a trouvé le moyen de soigner toutes les maladies : les transférer aux criminels, dont la quasi-totalité vient des ghettos, maintenus au ban d’une société qui touche à la perfection.
C’est dans ce monde qu’est née Talia Hale. À 16 ans, elle est la fille chérie d’un politique qui se voit déjà Premier ministre d’Angleterre. Atteinte d’un simple rhume, au plus grand dégoût de son entourage, elle doit subir son premier transfert. Mais à l’hôpital, Talia sauve une petite fille d’une agression. Une petite fille qui vit seule avec son grand frère, Galien, dans les ghettos.

Grâce à Galien, Talia découvre l’envers du décor et l’horreur d’un système où seuls les plus riches ont le droit à la santé.
Pour changer une société où la frontière entre bien et mal est plus floue que jamais, Talia devra briser le cocon doré dans lequel elle a grandi et combattre tout ce en quoi elle a toujours cru… y compris son propre père.

xxx

Talia est une riche fille de politicien. Marquée par la vie suite au meurtre de sa mère et sa petite soeur, son destin bascule complètement lorsqu'elle prend la défense d'une jeune fille dans un hôpital.... et découvre par la suite que cette fillette est non seulement pauvre mais criminelle. Sauf que cette petite, elle a aussi l'âge qu'aurait eu sa propre soeur.

Talia se remet totalement en question, mais plus encore le jugement de son père, et sa politique vis-à-vis de la société. Car dans leur société, les criminels sont punis en se faisant transférer les maladies des plus riches. Leur casier est donc marqué sur leur visage à base de nez qui coule, quinte de toux et autres signes visibles de maladies. Talia va découvrir petit à petit ce que ça peut impliquer de marquer comme ça au fer rouge des gens, qui parfois se retrouvent catégorisés par erreur.

On a avec ce roman une leçon sur les préjugés et les cases dans lesquelles on enferme trop facilement les gens. Parfois, derrière un délinquant, ne se cache qu'une personne qui n'a pas eu de chance et qui a besoin qu'on lui tende la main.

Une belle histoire, pleine d'action et de rebondissement.

lundi 1 mai 2017

eleanor & park - Rainbow Rowell


1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s'installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l'ignore poliment.
Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths...
Et qu'importe si tout le lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.

xxx

J'ai tant de fois entendu ces deux prénoms.

Eleanor.
Park.

Une pépite de la littérature pour ados, à lire absolument.
Je l'ai ouvert timidement en ne sachant pas tellement à quoi m'attendre. Je dois avouer que je ne m'attendais pas du tout à ça
L'histoire est touchante, émouvante et douce. Elle donne l'impression de revivre son premier amour. Elle donne envie de croire que des personnes sont prédestinées. C'est joli, tendre et musical. J'aime qu'on ait une histoire entre deux personnes différentes, qui ne sont pas particulièrement belles. D'un côté, Eleanor, qui est grosse, rousse, pas particulièrement belle, et qui s'habille n'importe comment. Et puis, elle est pauvre et un peu sale. De l'autre côté, on a Park, à moitié coréen, trop "mignon" pour vraiment plaire aux filles, trop petit, trop féminin. Ils ne se trouvent pas beaux au début, mais se découvrent. C'est la beauté intérieure qui ressort, l'alchimie entre leurs deux personnalités. Ils se complètent, se comprennent. Rainbow Rowell joue sur les différences et les originalités des adolescents. Elle n'écrit pas sur ceux qu'on voit partout, à la télévision, dans les films, mais sur ceux qui sont normaux, comme nous. J'aime beaucoup ça.

Mais, il y a un "mais".

Je n'ai pas été emballée. Je suis restée complètement extérieure à l'histoire, elle ne m'a pas touchée. Est-ce que pour une fois j'ai trop grandi pour être sensible à l'amour de deux ados ? Jusqu'ici ça ne m'a pas dérangé, mais là oui. Je ne saurais dire pourquoi, en tout cas j'ai été déçue, j'en attendais bien trop de cette histoire. J'admets qu'elle est belle, mais elle ne m'a pas touchée.

vendredi 3 mars 2017

Caraval - Stephanie Graber


Bienvenue à Caraval!
Le spectacle le plus extraordinaire de tous les temps! Vous y verrez plus de merveilles que le commun des mortels au cours de toute une vie. Mais avant que vous vous plongiez dans notre univers, gardez à l'esprit qu'il s'agit d'un jeu...
Nous tenterons de vous convaincre que ce qui se passe au-delà de ce portail est réel, mais ce n'est qu'illusions.
Alors prenez garde à ne pas vous laisser trop emporter. Car les rêves qui se réalisent peuvent être magnifiques, mais ils peuvent aussi se transformer en cauchemars si l'on ne se réveille pas...

xxx

Ce bouquin est présent partout sur la blogosphère et sur Instagram. Je ne sais pas combien de fois j'ai pu tomber nez à nez avec depuis sa parution. J'ai du coup senti comme un devoir de le lire à mon tour, et franchement je ne regrette pas !

Un peu à la manière des grandes oeuvres sur la magie (je pense principalement au Prestige, livre et film), on plonge dans un monde où il ne faut rien croire de ce que l'on voit ou que l'on vit.

Caraval se situe sur une île un peu perdue, où Légende, son Maître, est le magicien le plus talentueux de l'Histoire, et où il organise ce fameux jeu afin de divertir et de proposer un prix au gagnant. Cette fois-ci, le prix est de taille : il exaucera un voeu ! 
Scarlett et sa soeur Tella se retrouvent dans ce jeu, mais d'une manière un peu différente des autres car elles y vont pour fuir un mariage et un père violent. Et l'aventure ne se déroulera bien évidemment pas du tout comme prévu, mais ça on s'y attendait !

L'auteure parvient à nous perdre, même quand on sait qu'il faut rester attentif et ne pas se fier aux apparences. Il y a toujours un retournement de situation qui nous fait tomber des nues. 

Le seul inconvénient de ce livre, c'est qu'il va avoir une suite, et que je ne vois vraiment pas en quoi c'est nécessaire. J'ai peur que celle-ci vienne gâcher un premier volume aussi sympa.

mercredi 22 février 2017

♥︎ New Earth Project - David Moitet


En 2125, la majorité de la population est pauvre et parquée dans des bidonvilles, tandis que l’élite profite d’une vie confortable sous le Dôme. Sur Terre, les meilleurs élèves côtoient la même école. C’est ainsi qu’Isis rencontre Orion, le fils du dirigeant du NEP et qu’elle lui ouvre les yeux sur son monde. Le jour où Isis est tirée au sort avec sa famille pour partir sur la Nouvelle Terre, Orion va mener son enquête sur le fonctionnement du NEP… et faire de terribles découvertes.

xxx

Enfin un bon livre de science-fiction pour adolescents ! En grande fan de Isaac Asimov, Robert Silverberg, Ursula K. Le Guin et autres incontournables, je commençais à désespérer de trouver un jour un roman pour adolescents qui ne soit pas une dystopie sans originalité. Je ne sais pas trop ce qui me fait voir celle-là d'un bon oeil, peut-être la couverture signée Taï-Marc Le Thanh (auteur du sublime Jardin des Epitaphes), le fait que ce soit un auteur français, ou bien l'héroïne qui ne cherche pas à sauver le monde. Toujours est-il que même si l'histoire est assez classique, elle a un traitement très adulte qui fait qu'elle m'a surprise. Je ne sais pas comment justifier cette impression générale. On n'a pas un chef d'oeuvre entre les mains, mais je trouve qu'on n'a pas non plus un livre grand public destiné à faire des ventes. On a plutôt ici de la SF pour les futurs grands lecteurs de SF, et ça, ça m'a beaucoup plu.

Un livre à lire, à offrir, faites-en ce que vous voulez mais ne passez pas à côté sans lui prêter un peu d'attention !